Qui sommes-nous?

POÉSIE PARTOUT, POUR TOUS, PAR TOUS

Non, la poésie n’est pas réservée à une élite ! Balayant tous les préjugés sur un mode d’expression souvent  jugé trop difficile ou coupé du réel, le Printemps des Poètes s’adresse à vous tous parce que la poésie aujourd’hui est vivante ! Nécessaire comme l’air qu’on respire, c’est une manière de rêver, de penser, de voir, d’entendre, « de vivre plus haut » disait Saint John Perse.

Le Printemps des Poètes à Tours, c’est aussi une aventure collective co-rêvée et co-élaborée avec de nombreux partenaires pour faire éclore des projets, mettre la poésie au cœur de la cité et à la croisée de tous les arts.

Dans son rôle fédérateur l’association met tout en œuvre pour établir un climat de confiance afin que la poésie puisse être ce que souhaitait Paul Éluard : faite par tous, pour tous et partout.

L’ASSOCIATION

LE PRINTEMPS DES POÈTES – TOURS est une association loi 1901

Née lors d’une assemblée constitutive qui s’est tenue le 1er juillet 2014 en mairie de Tours.

Déclarée en Préfecture d’Indre-et-Loire le 4 juillet 2014, parue dans l’annexe du journal officiel le 23 août 2014
Enregistrée sous le numéro W372012288
Identifiant SIRET : 804 293 710 00013
Code APE : 9329Z

Adresse du Siège social : 19, rue Plantin 37000 – TOURS

Constitution du bureau :

  • Présidente : Claire KALFON
  • Vice-Président : Bernard PICO
  • Secrétaire : Roselyne TEXIER
  • Secrétaire adjointe : Hélène BEAURY
  • Trésorière : Anne-Marie BERNET
  • Trésorière adjointe : Monique Garré

NOS STATUTS

Article 1 : DÉNOMINATION SOCIALE
Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901, ayant pour titre 
«Le Printemps des Poètes – TOURS ». 

Article 2 : BUT – OBJET
Cette association a pour objet :
La conception, l’organisation et la diffusion de projets artistiques et culturels visant à promouvoir, à Tours, sur le département d’Indre-et-Loire et sur le territoire national, la Poésie sous toutes les formes existantes et à venir, notamment l’organisation du Printemps des Poètes à Tours. Dans ce contexte, l’association pourra être amenée à produire un ou des projets.

Ses moyens d’action sont : l’organisation, la mise en œuvre, le parrainage de manifestations et de toutes initiatives pouvant aider à la réalisation de l’objet de l’association.

LE PRINTEMPS DES POÈTES  A TOURS

Il y a vingt ans naissait nationalement le Printemps des Poètes. À Tours, le dramaturge Bernard Pico en plante les premiers jalons.

En 2004, la Ville de Tours, sous l’impulsion de Roselyne Texier, conseillère municipale, constitue les premiers groupes de travail et le Printemps des Poètes prend son essor : le nombre de personnes qui s’impliquent dans la manifestation ne cesse de grandir, dans une démarche particulière de co-construction, rigueur, qualité du travail et… rêves poétiques partagés !

Des créations, des concerts, des lectures, des spectacles, des expositions, des rencontres avec des poètes vivants, des ateliers, des scènes ouvertes, des manifestations dans tous les quartiers de la cité, dans la rue, dans les écoles, les entreprises, dans les musées, au cinéma, dans les espaces culturels,…

La poésie s’adresse à tous les âges, à tous les territoires, aux professionnels, aux amateurs… à tous, avec toujours le respect des mots, de la langue, et la volonté de faire lien, de faire sens.

Cette démarche très singulière et la qualité unanimement reconnue de la manifestation, ont fait que, en février 2013 la Ville de Tours obtient le label national : VILLE EN POÉSIE.

En juillet 2014, se crée l’ association « Le Printemps des Poètes -Tours » qui prend le relais d’une organisation pilotée auparavant par la Mairie de Tours depuis une dizaine d’années.

Voilà notre histoire et les portes ouvertes à d’improbables rencontres de mots, de passerelles tissées entre la poésie et les autres arts et toujours cette attention aux pulsations du monde et ce travail jamais achevé de la langue.

PAROLES AMIES

Le Printemps des poètes n’est pas de l’ordre du divertissement, fût-il distingué, il ne vise pas à intégrer la cohorte des événements culturels des pages loisirs de nos quotidiens entre un concert et un concours de maisons fleuries. Encore moins à donner un petit coup de projecteur sur un prétendu cercle des poètes disparus…Il s’est agi dès le début d’un enjeu plus grave, plus dérangeant sans doute et politiquement d’une autre conséquence: donner au plus grand nombre possible de citoyens l’occasion et les moyens d’un accès et d’un partage de la poésie comme une objection et une alternative aux représentations du monde dominantes fondées sur les fausses valeurs de l’avoir, du pouvoir et du paraître. Donner accès à une langue obstinément libre qui ouvre à des sens neufs, à tous les possibles du sens. Permettre à tous de rejoindre dans le poème ce désir de vie intense que chacun porte en soi mais que réprime plus que jamais une société régie par l’utilitarisme et le productivisme. Il s’agit donc d’une logique qui relève de l’éducation populaire, celle qui vise par la mise en commun de l’art, de ses objets et de ses pratiques, à l’émancipation des consciences. Tout cela, Roselyne Texier et sa formidable équipe l’ont compris et mis en œuvre dès le premier jour. Voilà pourquoi l’expérience du Printemps des poètes de Tours est si exemplaire à mes yeux, pourquoi sa réussite incontestable est si précieuse à mes yeux. Voilà pourquoi ma gratitude à leur égard est immense.

Jean-Pierre SIMÉON
(Poète, directeur artistique du Printemps des Poètes jusqu’en 2017)

Le Printemps des Poètes à Tours m’a toujours remis en mémoire ces paroles de Paul Éluard : « Si l’on voulait, il n’y aurait que des merveilles. Si nous voulions, rien ne nous serait impossible. »
Dans la longue fidélité qui me lie à l’équipage du « Printemps » à Tours, j’ai eu l’occasion d’observer et, finalement, d’admirer le patient travail de terrain qui font que toutes les fourmis peuvent devenir cigales. Dans l’animation d’ateliers d’écriture avec les professionnelles de la petite enfance, dans les rencontres avec les enfants dans les écoles ou les centres de loisirs, dans le compagnonnage avec les adultes des centres sociaux à travers tous les quartiers de la ville, dans les lectures publiques, chacune et chacun découvre ces « merveilles » et ces « possibles ». Chacune et chacun prend la mesure de cette puissance de la parole poétique qui est capable, au quotidien, de changer notre perception du monde et notre relation aux autres.
Dans un monde où l’individualisme semble être devenu une valeur et qui n’est finalement qu’un boulevard pour la solitude, disons-le : la poésie se vit, à Tours, comme un formidable chemin de lien social, un sentier d’ouverture humaine et de fraternité.

Alain BOUDET
(Poète, éditeur, initiateur du site « La toile de l’un »)